Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'Homme Humain - LHHOM

Pour une taxe robot, je choisis mon futur maintenant

26 Mai 2017, 08:53am

Publié par Laurent

Pour une taxe robot, je choisis mon futur maintenant

Les évolutions en nanotechnologie, biotechnologie, informatique et en sciences cognitive (regroupées sous le sigle NBIC) sont d’une ampleur sans précédent et s’effectue à une vitesse sans cesse croissante et exponentielle. Contrairement aux précédentes, cette nouvelle révolution industrielle concerne directement l’intime de notre humanité.

En effet, les avancées exponentielles de l’intelligence artificielle (A.I) et du Big Data indiquent que nous sommes face à une révolution inédite car les précédentes révolutions industrielles concernaient les tâches d’exécution, aujourd’hui ce sont les tâches de décision qui sont au cœur de cette révolution.

Comme à chaque révolution industrielle un débat traverse le monde, d’un côté ceux qui prédisent que ce progrès sera bénéfique à tous et de l’autre ceux qui en redoutent les conséquences. Nous avons en notre possession divers rapports ; un de l’OCDE qui indique que 10% des emplois actuels seraient menacés, le rapport Frey et Osborne qui table sur une suppression de près de 47% des emplois dans les 20 prochaines années et enfin un document de la fondation Jean Jaures qui conclue que le solde entre les emplois créés et les emplois perdus sera négatif. C’est l’incertitude qui règne.

La certitude que nous avons c’est que le chômage de masse et la pauvreté croissent, que les inégalités se creusent entre états, entre régions, entre villes et même au sein des familles.

La certitude que nous avons c’est que le progrès actuel épuise les hommes, pille notre planète et sanctifie le profit à tout prix. Voilà des décennies que l’on nous assourdit en nous expliquant que l’économie libérale est notre avenir radieux et que la consommation à outrance est créatrice d’emplois et de bien-être : nous savons aujourd’hui que c’est FAUX.

Notre société est déjà aujourd’hui post-industrielle et se dirige à une vitesse effrénée vers le tout-matériel et le transhumanisme avec comme conséquences dramatiques plus de discriminations, d’inégalités, de performances et d’individualisme exacerbé. La notion de progrès est sublimée, « déifiée » et véritablement détournée de son fondement : Le progrès doit être au service de l’homme et non pas à son détriment ou à son asservissement. Le progrès doit respecter la diversité de chaque humain qui enrichit notre humanité et doit avoir comme objectif de réduire les inégalités de vie. Comment parler de progrès quand un quart de la population mondiale n’a pas accès à l’eau potable ? Comment parler de progrès quant aux Etats Unis, pays temple de l’ultra-libéralisme, 1 enfant sur 4 mange à la soupe populaire ? Comment parler de progrès quand en France 10 000 êtres humains se suicident pour des raisons liées à l’emploi ou plutôt au non emploi ? N’avons-nous pas là à donner une autre orientation à l’utilisation du progrès ?

L’instant actuel de notre humanité est unique. Nous pouvons véritablement choisir notre futur car contrairement aux précédentes révolutions industrielles les états, les institutions étaient des ponts entre l’homme et ces changements industriels. Ces ponts n’existent plus, ces « espaces » de régulation n’ont plus de pouvoir. Ce pouvoir de régulation et au-delà de normalisation et de justice a été subtilement approprié par des multinationales regroupées sous le pseudonyme de GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon) qui par grand renfort de marketing et de millions, nous persuadent que leurs biens de consommation nous offrent liberté et accomplissement. La toile est joliment tissée mais elle reste bel et bien un commerce marchand qui rapporte des milliards de dollars.

La certitude que nous avons c’est que, dès maintenant, nous devons repenser l’intégralité de notre approche face au travail et par suite de quelle manière nous allons financer notre protection sociale, notre santé et nos retraites. La taxe robot et le revenu universel ont été présents durant la campagne présidentielle française. Raillées, moquées et caricaturées, ces propositions avaient le mérite d’être présentées et le sort qui leur a été données durant ce débat présidentiel n’est pas à la hauteur de l’enjeu qu’elles soulevaient. Ce débat existe à Bruxelles où la ville a décidé de taxer les P.C. des entreprises dès l’année prochaine, ce débat existe à San Francisco où un élu travaille à la création d’un fonds public dont les revenus seraient issus d’une taxe robot dans cette ville où déjà les robots livrent de la nourriture et fabriquent des cafés lattés. Pourquoi ce débat n’existerait-il pas en France ?

Aujourd’hui la frénésie médiatique de la campagne électorale est retombée, il est donc temps de lancer un vrai débat sur le futur que nous voulons. Un futur HUMAIN où l’homme peut s’épanouir véritablement et durablement dans le respect de l’autre et de la nature. Ouvrons un débat public, solennel, organisé et inscrit dans la durée afin que chacun puisse s’exprimer. Il pourrait déboucher sur la Proclamation Humaine Universelle qui redonnera un espoir vivant à tous les habitants de notre terre.

Signer cette pétition, c’est s’engager pleinement dans la vie sociétale et participer concrètement à choisir notre futur. Ne laissons pas en héritage aux générations futures des temples de consommation et un avenir de regrets mais plutôt un jardin d’espérance parsemé de fleurs épanouies et durables.

Vous pouvez signer la pétition sur le site Change.org

Toulouse, le 25 mai 2017

Laurent

www.lhhom.com

#ChoisisTonFuturNow

Commenter cet article